• Location de kayaks :

Sur Narsarsuak il n’y a que Blue Ice pour louer des kayaks. Leur parc est composé de Seayak (Prijon) de Necky et d’autres embarcations en polyéthylène. Ils peuvent également louer des vêtements semi étanches (2 pièces), mais pas de combinaison intégrale (www.blueice.gl).

Plusieurs organismes proposent des séjours dans le secteur (GNGL, Peuple Nomade…). Le coût est forcément plus élevé et certains organismes ne disposent que de Nautiraids (kayaks pliants moins plaisants sur l’eau).

  • Sécurité :

Pour la communication, nous disposions d’une VHF. A l’usage, il ne faut pas trop compter dessus dès que l’on s’éloigne des fjords principaux. Le seul moyen de communication vraiment efficace reste le téléphone satellite.

  • Météo :

Il est difficile d’obtenir des bulletins météo fiables et précis. Dans les ports (rares) on peut avoir quelques infos sur les tendances météo générales mais les conditions varient énormément sur des distances réduites. Blue Ice utilise des prévisions météos fournies par une station Islandaise via Internet. De notre côté, nous avons opté pour une petite station météo autonome (baromètre électronique avec enregistreur, Vion marine 4000). C’est un bon indicateur qui peut alerter en cas de modification importante de la pression. En revanche il ne faut pas imaginer prévoir la prochaine averse ou le petit coup de vent du à la proximité des glaciers.

En règle générale, les conditions météo sont comparables à celles rencontrées en Bretagne. Sur 22 jours de navigation, nous avons eu 4 journées de pluie (20%), 10 de grand beau temps (45%) et le reste avec un temps couvert et variable mais peu humide. Les températures descendent rarement au dessous de 8 à 10 °. Certains jours, le mercure a dépassé les 20°.

En revanche, il faut se méfier des coups de vents qui peuvent être brutaux et violents. Ceux de secteur est peuvent être redoutables, et dans ce cas, la tente doit être bien orientée et bien ancrée.

De manière générale, plus on s’approche de la calotte glaciaire et plus on a de chance de trouver du beau temps.

  • Les dangers dus à la glace :

Les premiers jours, on est bien sur tenté de s’approcher des « glaçons » qui flottent autour de soi. Ceux-ci ont des comportements totalement imprévisibles et indépendants de leur taille et de leur forme. Ils peuvent se retourner, se disloquer ou s’effondrer sans raison apparente. Il est donc préférable de se tenir à distance. Il en va de même pour le front des glaciers.

Par ailleurs, la densité de la glace varie en fonction de la marée et du vent et il faut veiller à ne pas se laisser pieger par la migration des glaçons qui peuvent fermer temporairement un fjord.

  • Logistique :

On trouve tout ce dont on a besoin, mais parfois à des prix de 2 à 4 fois plus chers qu’en France. Nous avions prévu dans nos bagages plus d’un kg de chocolat, des fruits secs et des barres de céréales. Sans oublier un demi litre d’huile d’olive et des épices divers. Nous ne l’avons pas regretté, il y a peu de choix au point de vue sucreries.

Nous avons apprécié les préparations pour crêpes et celles pour faire du pain à l’auberge ; car il n’y a pas de boulangerie et il n’y a pas toujours de pain longue conservation.

Les produits anti-moustiques coûtent 15 €, les produits de soins comme du dentifrice 3€…

Nous avons utilisé notre réchaud à alcool sans problème, on trouve du combustible dans toutes les épiceries à 2 € le demi litre (bouteilles plastic bleue marque Borup Husholdnings Spirit vendu comme détachant). Jacky peut aussi en fournir, mais c’est quasiment le double.

  • Commerces à Narsaq :

Il y a un grand supermarché ou il y a un choix assez vaste, mais aussi une petite supérette située juste au dessus de la baie en allant vers les immeubles. On y trouve d’autres produits intéressants et différents comme des pâtes chinoises en sachet, alors qu’au supermarché elles sont conditionnées comme des Bolinos

Il y a aussi dans l’entrée du supermarché une vraie boulangerie.

Nous aimons bien nous faire un petit apéro le soir. Vu les prix pratiqués, même dans l’aéroport de Copenhague, nous n’avons pas regretté d’avoir fait nos provisions en France. Pour info, le moindre alcool coûte 300 kr et le vin au moins 100kr pour un malheureux rouge sans appellation.

Le supermarché est bien achalandé et on trouve pour 75kr une carte plastifiée de la zone à l’échelle 1/250000. Il y a aussi un peu de matériel de camping et du matériel de pêche.

  • Budget pour deux :

(1 euro = 7,46 DKK ; 1 DKK = 0,14 euro)

Avion : 2014€ en s’y prenant 6 mois à l’avance depuis Lyon (agence GNGL)

Hotel Copenhague (près de l’aéroport) deux nuits  avec petit déjeuner : 250 €. C’est hors de prix, mais il est difficile de faire l’impasse vu le peu d’avion en direction du Groenland.

Nous avons pu laisser nos bagages dans une consigne automatique de l’aéroport : 15 €.

Métro pour l’hôtel : 25 €

Nourriture achetée sur place : 390 €

Auberge de jeunesse de Narsarsuaq : 2 nuits en chambre : 70 €, et 3 nuits en camping : 105 €

Location kayak  plus navette à Narsaq : 1360 €

Cartes : 100 €

Budget et prix :

Au total, ce séjour nous a coûté 4200 € tout compris pour 3 semaines sur place à 2 personnes.

  • Liens :

Blue Ice, le site de l’agence de Jacky Simoun : www.blueice.gl, adresse : info@blueice.gl

Office du tourisme groenlandais : http://www.greenland-guide.dk/

Canoë-kayak en arctique, le site perso de Ch. Roux : www.cgrizz.com/

G.N.G.L. : agence de voyage spécialisée dans les destinations arctiques : http://www.gngl.com/

Peuple nomade, voyages et formation au kayak de mer : http://peuplenomade.com

  • Bibliographie :

- G.N.G.L. (2004) : Groenland, Kalaallit Nunaat, Guides Grand Nord. Ce petit guide très bien conçu a été réalisé par des passionnés du grand nord. C’est une mine de renseignements incontournable.

- François Parigot (2004) : « Groenland 2004, expédition ancienne route des kayaks », Connaissance du kayak de mer, septembre 2004, n°102 p.42

- Mickael Vogeley und Ingrid Ferschoth-Vogeley (1996) : Grönland mit Baffin Island. Editions Bruckman (Abenteuer Trekking). Il s’agit d’une compilation d’itinéraires à pied, à ski et en kayak)

- John Andersen (2006) : Grønland På oplevelse i kayak, éditions Gyldendal. La cote est du Groenland en kayak, superbes photos.

  • Cartes :

Il existe plusieurs sortes de cartes :

- Cartes marines au 1/80 000 : on les trouve assez difficilement sur place et elles coûtent relativement chères (165 kr)

- Cartes au 1/250 000 : disponible sur commande au Vieux Campeur. Pour notre périple, il en fallait 4 (env. 20 euros pièce). On les trouve également sur place sous des formes diverses notamment plastifiées et assemblées en un seul document (moins chères). ( http://www.greenland-guide.gl/sagamaps/ )

- Cartes au 1/100 000 : ce sont sans doute les plus commodes à utiliser surtout si on envisage de faire également de la marche à pieds. Les sentiers, les ruines, les cultures sont indiquées et leur coût reste raisonnable (env. 12 euros pièce). Deux cartes couvrent une bonne partie du secteur.